Géhenne ou le Paradis Perdu

Cet endroit où des damnés subissent le châtiment éternel…
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [CLOS] Viendra le cri du loup... (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Militaires
Messages : 65
Date d'inscription : 15/12/2014
Age : 29
Localisation : Souterrains
MessageSujet: [CLOS] Viendra le cri du loup... (PV)   Jeu 15 Jan - 17:37

Viendra le cri du loups...


    Un séjour prolongé à la Surface pouvait devenir dangereux pour une créature infernale. Hors de son monde, les menaces ne manquaient pas. Elle était moins puissante. Privée de certains de ses pouvoirs. Vulnérable. La comparaison la plus parlante serait d’imaginer un humain, envoyé dans l’Espace avec des ressources limitées. Astio était un cosmonaute dont la réserve d’oxygène avait atteint la limite rouge. Elle devait rentrer.Revenir en Enfer n’était pas un voyage de complaisance en soi. Lorsque l’on était dissident, rebelle, il devenait carrément mortel. Plusieurs rebelles étaient morts d’avoir tentés le trajet dans l’un des deux sens. À chaque fois qu’ils entamaient en voyage, ils savaient qu’ils y risquaient leur peau. Giada en avait conscience, tandis qu’elle approchait, de l’un des Passages. Néanmoins, elle ignorait que les mesures de sécurité venaient d’être renforcées de tous les côtés. Aucun message ne pouvait lui parvenir une fois qu’elle était à  proximité des forces de Lucifer. Elle ne savait donc pas non plus que le Fléau avait fait de terribles ravages et menaçait de s’étendre jusqu’à la Terre ferme. Les craintes des chercheurs étaient en train de se concrétiser. Mais, avant de se préoccuper de cela, La Furie devait trouver le moyen d’utiliser le passage, sans se faire prendre.Les armes ne suffiraient pas. À moins d’en voler aux gardes. Attendre une relève serait trop long. Astio n’avait pas beaucoup d’option. Elle décida de jouer le tout pour le tout. Elle reconnecta son lien psychique, qui l’identifiait comme fille d’Alecton, l’une des Trois Premières Furies infernales, et qui donnait sa position à tous les rangs du Diable. Elle vint ensuite se présenter aux gardes terriens, qui n’avaient aucun moyen de vérifier ses dires directement et la laissèrent passer. Non, le plus dure restait à venir…De l’autre côté, se trouvait, le véritable danger. Astio traversa le passage le plus calmement possible. Elle passa le seuil en silence, encapuchonnée, de façon à cacher ses traits aux flammes de l’Enfer. Les premiers pas de posèrent aucun problème. Puis, une voix de centaure exigea une identification directe. La Furie releva sa capeline pour montrer son visage sans faire entendre sa voix. C’est là qu’apparut dans son champ de vision l’un des Chiens, qui étaient sur la liste noir de la Résistance. Le Lycan Orthos était responsable de l’arrestation de l’un de leurs meilleurs agents. Le savoir à porter de main tendit violemment Astio. Ses phalanges se contractèrent, tandis que son regard flottait dans l’espace, à la recherche d’une arme. Lentement, sournoisement la rage froide pri siège dans son esprit, faisant apparaître les stigmates bleus de sa race sur sa peau blanche. Quand on lui ordonna d’avancer, elle fit un pas, vola la dague pendue à la hanche du démon et la fit disparaître dans sa manche. S’approchant de sa nouvelle proie.


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [CLOS] Viendra le cri du loup... (PV)   Lun 2 Fév - 20:46

La surface... Aidan en rêvait depuis longtemps, mais sans sérieux, ni illusion. Les utopies étaient derrière lui. Il avait enfin compris qu'il n'était plus foncièrement utile de fuir son passé, au point de le diaboliser, mais trouverait-il pour autant la solution en se réconciliant avec lui ? D'ailleurs, une solution pour quoi ?
Le royaume des Enfers était bordé de remparts inexpugnables, pour beaucoup. S'échapper de l'empire de Lucifer pouvait être impossible ; mais y entrer n'était pas toujours simple non plus. Les cerbères rôdaient avec plus de férocité encore, depuis que l’épidémie avait frappé. La maladie énervait le peuple, et surtout les créatures. Aidan, quant à lui, était davantage énervé par le climat politique. Il avait une sainte horreur de ces démons qui, sous prétexte qu'ils étaient anciens et arrogants, s'imaginaient devenir les rois de ce monde. Quant aux rebelles, quel que soit leur objectif, il les mettait tous dans le panier des fruits pourris, et ils ne l'emporteraient pas au paradis. Jamais cette expression n'avait été aussi parlante. Il y a peu, le lycan s'était personnellement occupé d'un dissident qui avait eu le malheur de se retrouver entre ses griffes. Aidan avait fait en sorte que l'affaire s'ébruite. Après tout, au royaume des enfers, la peur était un atout de poids. Et si rares étaient ceux à encore vouloir représenter Lucifer, Orthos en faisait partie. Il n'en démordrait jamais.
Il lui semblait que tout ce qu'il connaissait ne faisait que s'effondrer davantage, chaque jour. Le fléau les emporterait-il tous ? Que serait un univers sans ténèbres ? La lumière elle-même n'aurait plus de raison d'être. Que serait le monde, sans Lucifer ?
Une fois n'était pas coutume, Orthos était le responsable des passages, ce jour-là. On aurait pu le qualifier de douanier, si ses méthodes n'étaient pas si... personnelles. Jusqu'à présent, il n'y avait guère eu d'accidents. Comme souvent désormais, il avait fallu contrôler, et pas qu'un peu, certains voyageurs. D'autres avaient dû être corrigés, ou renvoyés, mais rien de très mouvementé ou grave. Certains clamaient parfois leur nom ou leur rang, dans l'espoir que les cerbères pliassent l'échine. Si certains chiens étaient encore trop influençables, Aidan, lorsqu'il arrivait, se faisait une joie de traiter ceux qui n'étaient pas en ordre, comme les cloportes qu'ils étaient. Voilà longtemps qu'il ne respectait plus rien, ni personne, hormis bien entendu son Dieu.
Aidan longeait une des remparts, l'air détendu, calme et pourtant concentré. Son attention avait été attirée par une présence, depuis un certain temps, et elle se focalisa sur elle, lorsque ladite présence fut identifiée. Il suffit d'un nom, et d'un visage découvert pour amener le chien de l'enfer à approcher. Celle qu'il surveillait venait vers lui, de sa démarche féminine et déterminée. Aidan était intrigué par elle, mais l'on ne pouvait parler que de doutes. S'il y avait eu des preuves probantes sur les activités d'Astio, voilà longtemps qu'elle aurait été agressée. Pour autant, Aidan avait un sourire – certes dénué de joie – mais confiant. Il ne comptait pas se laisser angoisser par cette fatale enchanteresse.
Elle approchait. Ce qui l'intriguait le plus, somme toute, c'était la tension dont étaient parcourus les membres d'Astio. Ses pensées avaient beau être insondables, ou presque, il percevait une pression qui ne pouvait que le mettre en alerte. Elle était emplie de hargne. Mais pour quelle raison ? Quelle autre raison que la rancune ou la peur ? Il ne s'était pas rendu compte qu'elle avait dérobé une arme, comme personne d'ailleurs. La douane des enfers ne disposait pas d'un contrôle très soutenu à ce niveau. La violence était banale, les gens aimaient cela.
La femelle avançait et il percevait le teint bleuâtre qui commençait à la gagner. Aidan plissa les yeux, songeant que son instinct le mettait en alerte contre bien des signes, et que cela était de mauvais augure. On avait beau le traiter d'animal comme si cela était rabaissant, au moins possédait-il leurs atouts.
Elle n'était plus qu'à quelques pas ; il tâcha, pour l'instant, de jouer la carte de la courtoisie. Il ne fallait pas douter qu'il avait dit à ses sbires de la surveiller depuis un moment déjà. Un pas de travers, et elle serait rapidement en mauvaise compagnie. Aidan n'avait pas peur de se salir les mains, mais il ne se mettait en action ou en colère lui-même, qu'en cas de dernier recours.

Sois la bienvenue, Astio, déclara-t-il, avec l'affabilité qui lui était propre.

Son sourire paraissait sincère, et fort peu méfiant. Son regard, clair, limpide, regardait les autres droit dans les yeux. En outre, il y régnait une lueur de rêverie et de douce folie. Autant dire que les autres avaient vite fait de le considérer comme quelqu'un d'amical, peut-être même inoffensif. En tout cas, beaucoup ne le prenaient pas au sérieux. Mais les gens les plus avisés n'oubliaient jamais la réputation qui précédait le lycan, et restaient sur leur garde. En effet, sa folie n'était pas si douce que cela. Il était imprévisible. Il dissimulait une bête. Cette apparence ne ferait peut-être qu'énerver davantage Astio, puisqu'elle savait ce qu'il faisait subir aux siens.

Quelles sont les nouvelles de la surface ? As-tu trouvé ce que tu y étais allée chercher ? Ça te gênerait que nous profitions de ton retour, pour discuter un peu ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Militaires
Messages : 65
Date d'inscription : 15/12/2014
Age : 29
Localisation : Souterrains
MessageSujet: Re: [CLOS] Viendra le cri du loup... (PV)   Mer 4 Fév - 19:12

Viendra le cri du loup…


    Astio, obtempéra veillant discrètement à couvrir ses arrières, en se plaçant de façon à ce que personne ne puisse se glisser dans son dos. En cas de rixe, ce genre de sécurité pouvait en déterminer l’issue. L’oreille attentive aux sons les plus infimes. La main prête à poignarder. Réflexes naturels pour tout soldat quel qu’il soit. Ce n’était d’ailleurs pas l’attaque qu’une Furie redoutait. Le mensonge était pour Elles, un art beaucoup plus compliqué à maîtriser, que celui du combat.
    Insoupçonnable paradoxe infernale…

    « Orthos. Le gratifiant d’un intense regard bleuté.

    Sous sa forme humaine, ce loup-garou, partageaient des traits et des manières de Don Ghisi. Feu Don Ghisi. Mortel qui durant près de 30 ans avait partagé la vie et le lit de Giada Capuletti. Il était mort bien après sa femme, dans le calme et la paix. Cette hasardeuse similitude perturbait quelque peu l’esprit de l’Italienne. Elle devait subir, l’assaut d’une mémoire, qu’elle s’ingéniait à étouffer. Un élément, qui ne faisait qu’accentuer sa mauvaise impression, sur ce garde.

    Les nouvelles ne sont pas très bonnes… non.

    Sous des dehors polis, il se permit, de la convoquer. Une inquisition tranquille qui mit Astio en alerte. Elle évoluait depuis suffisamment de temps dans la clandestinité pour ne pas distinguer les signes du danger. Il prenait la forme la plus infime. Même la plus douce parfois. Celui d’un regard rêveur et amical. Mais, il était là, prés à refermer ses crocs sans prévenir.

    Non. Bien sûr. Profitons Obéit-elle avec froideur professionnelle. Les stigmates de la colère s’épanouissaient toujours le long de sa chair. Livrant le passé de cette race vengeresse dans une langue plus vieille que cèlent des Hommes. Pour les plus connaisseurs, aussi, le tableau de chasse de cette femelle surnommée Hargne par sa Mère. Cinq siècles d’exécutions soigneusement menées. Pourtant, jamais, elle ne se ventait de son savoir-faire devant les autres races. Ce n’était pas par pudeur. La situation sur Terre n’est pas brillante. Certains craignent que le Fléau remonte jusqu’à la Surface. Se contenta-t-elle de l’informer. Essayant de détendre ses traits. Fut un temps, elle avait su faire cela, être charmante. Belle.

    Pour ce qui était, d’une réussite ou non, de la mission terrestre. Tout dépendait du point de vue. Pour ce loyal toutou infernal, la perte d’une Voyante Rebelle équivalait à une réussite. Cette vérité agaçait, la Furie. Elle sentit sa main se contracter sous le tissu. Imaginer Orthos la gorge tranchée l’aida à se retenir. Pour la Rébellion, la disparition d’Agrippa était un drame. Pour Astio c’était une perte. De quoi souhaites-tu discuter ? » Il était garde. Elle était traqueuse. Même officiellement leurs affaires ne se rejoignaient pas. Aidan était peut-être tout simplement… curieux. Zélé.


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [CLOS] Viendra le cri du loup... (PV)   Jeu 12 Fév - 0:41

Orthos n'aimait pas les menteurs. Il émanait d'eux une puanteur perceptible qui ne lui revenait pas. Il faut ajouter que même les menteurs les plus aguerris n'échappaient guère au flair infaillible du lycan. C'était à la fois son talent et son fardeau. Mais de cette façon, le contrôle de la « douane » était pratiquement devenu un jeu. Il prenait un plaisir farouche à interroger et stopper ceux qui le méritaient. Cela ne l'empêchait point de sortir de ses gonds, quelques fois.
Astio le salua et il resta courtois, sans imaginer quel spectre il ranimait, dans la mémoire de son interlocutrice. Mais après tout, qui n'avait pas ses propres fantômes, surtout ici, en enfer ? Ceux de Aidan étaient également légion. Il y en avait quelques uns, même, qui revenaient fréquemment. Son père... Et puis elle... Son interlocutrice du moment l'informa que les nouvelles étaient mauvaises. Le contraire aurait certes été étonnant. Depuis quelques temps, il fallait croire que le sort s'acharnait à ce que tout ce qu'ils avaient connu, parte en lambeaux. Mais ce n'était pas un souci pour l'instant.
Il restait focalisé sur Astio. Il savait qu'elle n'était pas stupide au point d'être dupée par ses apparentes bonnes manières. Il s'agissait ni plus ni moins d'un début d'inquisition... On savait comment ce genre d'entretien commençait, mais on ignorait toujours comment on allait en sortir. Cela dépendait hélas plus des actes passés d'Astio que de ses dires. Les inquisiteurs voulaient, de tout temps, des aveux, après tout, qu'importait la façon dont ils les obtenaient.
Pour l'heure, Astio tâcha de le suivre docilement. Aidan paraissait peu la regarder, mais il ne fallait pas douter que chacun de ses sens était en alerte. Il constata qu'elle s'efforçait de regagner son calme. Était-ce de bon augure, ou se préparait-elle à la suite ?

« La situation sur Terre n’est pas brillante. Certains craignent que le Fléau remonte jusqu’à la Surface. » ajouta-t-elle.

Aidan ralentit un instant, pour se permettre de la regarder. Il se souciait peu de ce qu'il pouvait se passer à la surface, en revanche, le fait que cette maladie parût aussi invincible commençait à farouchement l'inquiéter. Si même la Terre était une zone à risques, où Diable pourraient-ils se réfugier ? L'idée d'abandonner le royaume des enfers le rebutait, mais la survie de l'espèce était capitale. Une fois encore, il songea à Lucifer.

On trouvera une solution, commenta-t-il avec fermeté, même si, selon toute vraisemblance, il se voilait la face.

Il regarda un certain temps Astio dans les yeux. Celle-ci paraissait déterminée, et enchanteresse. Il ne doutait pas que bien des hommes et démons avaient dû tomber sous son charme. Il n'y était pas tout à fait insensible lui-même, mais il restait maître de ses désirs.
Et finalement, elle lui demanda ce qu'il voulait. Il se contenta tout d'abord de sourire, puis de reprendre la marche. Il la conduit dans ce qui ressemblait à un bureau. Ce n'était pas le sien propre, mais c'était la première pièce où ils pouvaient avoir un semblant d'intimité. L'endroit était sombre et impersonnel, mais il semblait civilisé. Et pourtant, des atrocités avaient dû se produire ici.

Tu sais bien que la sécurité a été renforcée, dernièrement, dit-il enfin. L'enfer grouille de traîtres, de rebelles, et ses gardiens doivent bien mener l'enquête. Personne ne peut être épargné par les interrogatoires, pas même toi, Astio. Mais après tout, puisque tu n'as rien à cacher, vois cela comme une formalité, et reste tranquille, continua-t-il avec un sourire entendu.

Vêtu de son costume et ainsi souriant, il semblait des plus charmants. Il était passé derrière le bureau modeste qui meublait les lieux, et avait posé une main sur le dossier de la chaise. De son autre main, il invita Astio à prendre place en face de lui. L'ambiance se voulait décontractée, dans la mesure du possible, pour le moment.

Es-tu prête à répondre à une série de questions ? conclut-il.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Militaires
Messages : 65
Date d'inscription : 15/12/2014
Age : 29
Localisation : Souterrains
MessageSujet: Re: [CLOS] Viendra le cri du loup... (PV)   Lun 23 Fév - 19:23

Viendra le cri du loup…


    L’aplomb d’Orthos ne faisait pas illusion aux yeux de la Divergente.
    Elle était par nature d’un tempérament pessimiste voir défaitiste. Survivre en Enfer entraîne ce genre d’humeur. Elle n’était donc pas faite pour galvaniser les foules. Pour donner de l’espoir. Mais pour les mettre en garde. Toujours là pour rappeler les rêveurs à l’ordre. Faire en sorte que tout le monde garde à l’esprit le danger auquel ils s’exposaient. Garde fou au royaume des damnés. Elle le faisait très bien.

    « Espérons que tu dis vrai. »

    Les explications renforcèrent une impression latente. Se retrouver devant un subalterne un peu trop consciencieux était à la fois une perte de temps et un danger. D’autant que ce loup était connu pour être loyal à Lucifer. Particulièrement entêté. D’une intuition correcte. Autant d’éléments qui faisaient de lui un caniche agaçant. Gênant.



    Il y avait ainsi une certaine ironie dans la situation présente. Astio, forcée de passer un contrôle de routine. La sagesse lui commandait la peur. Pourtant, après ce qu’elle avait trouvé en Surface à Venise, les signes de pouvoir d’un lycanthrope perdaient de leur saveur.
    Son unique intérêt était qu’il était l’un des noms sur la liste noire des Rebelles. De quoi mériter un contre-interrogatoire sur mesure.

    Ce fut donc sans dissimuler l’ennui que lui causait cette formalité qu’elle s’asseyait sur le siège indiqué.


    « Je suis toute ouïe, Gardien. »

    Assise aux deux tiers de la chaise, tournée vers la droite, le dos tendu, le menton fier, Giada avait sur elle les marques de la vieille noblesse. Ce maintien digne et cette froideur naturelle que l’on retrouve sur les portraits des Donna. Le temps ne pouvait tout effacer.
    Comme lui, elle avait été mortelle et avait connu les contraintes de son époque. Or, à son époque lorsqu’un garde royal vous voyait en privé, mieux valait avoir un solide alibi. Fort heureusement d’une vie à l’autre cette créature avait gardé en elle l’art de convaincre.

    Il lui suffisait de convaincre une fois de plus.


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [CLOS] Viendra le cri du loup... (PV)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[CLOS] Viendra le cri du loup... (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Loup solitaire et souvenir de jeunesse
» Loup-garou : l'Apocalypse
» Un grand méchant loup !
» Rp avec un loup garous (libre)
» Traité: La coalition du loup

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Géhenne ou le Paradis Perdu :: Passage-